Posted on /by Robin Goude/ in Blog, Nos clients

Tiller est parti rendre visite à Bears and Raccoons

bears-and-raccoons-restaurant

Loin de nous l’idée de faire une critique gastronomique étant donné mon manque d’expertise dans le domaine (je laisse aux autres le soin de s’en charger). J’ai décidé de m’intéresser aux petites histoires qui se cachent derrière les restaurateurs qui nous font confiance.

Nous sommes donc allé faire un tour chez Bears and Raccoons. Et Bears and Raccoons, c’est avant tout l’histoire d’un couple.

Première question: Pourquoi ce nom?

“Demande à Gianni” me répond Barbara tout en lançant un regard inquisiteur en direction de ce dernier. J’ai compris que le sujet avait donné lieu à pas mal de disputes conjugales. “Il n’y a pas vraiment d’explication. On voulait un nom qui détonne un peu et qui ne soit pas trop sectaire ». Le bears c’est Gianni, son look “un peu bûcheron” a certainement joué.

Comment est né le concept Bears and Racoons ?

L’idée d’un restaurant 100% gluten free, c’est Barbara qui en est l’instigatrice. Pourquoi ? Barbara est coeliaque, elle est tout simplement intolérante au gluten de naissance. Une particularité qui ne lui donne que trop conscience des difficultés pour ces derniers de trouver des endroits où manger sans se soucier de ce qu’on a dans l’assiette.

Après avoir rassemblé assez de fonds pour lancer le projet, Gianni et Barbara ont pu trouver un endroit où poser leur campement. Et il faut dire que les efforts consentis pour faire d’un petit local inhospitalier du XIème arrondissement parisien un des meilleurs spots “gluten-free” de la capitale ont été énormes. Car c’est le couple qui a mené les travaux de A à Z.

En effet les lieux ont bien changé. Avec une décoration à mi-chemin entre la cabane de bûcheron canadien et le bakery café, aucun détail n’est laissé au hasard. On imagine bien l’ampleur de la tâche. En témoigne le grand mur floral qui nous accueille à l’entrée de l’établissement. . “C’est Gianni qui a tout fait, moi j’ai juste aidé” déclare Barbara avec le sourire et un brin de fausse modestie.

Le restaurant propose des sandwichs bien garnis préparés sous vos yeux – “on a vraiment voulu mettre l’accent sur la qualité”. Bien que les produits sans gluten soient généralement plus chers, Bears and Raccoons n’hésite pas à proposer une carte très abordable avec des menus entre 9€ et 11€. Un petit coin épicerie a été en prime aménagé pour découvrir des produits atypiques.

C’est donc tout naturellement que le restaurant a trouvé sa clientèle, même sans réelle démarche de communication, mis à part sur les réseaux sociaux. Il est vrai que l’établissement ne désemplit pas à l’heure du déjeuner – “on a réduit l’épicerie pour faire de la place”.

Un succès auquel vous vous attendiez ?

“Pas si vite, c’est vrai”. Nos deux associés concèdent qu’ils se sont lancés sans trop savoir où ils allaient atterrir. “Nous avons eu de la chance car le gluten-free a connu un réel engouement ces derniers-temps. Une vrai communauté d’adeptes du sans-gluten s’est formée, et l’information a rapidement circulé”.

Justement, parlez nous de votre clientèle

“On a une clientèle variée, beaucoup de jeunes entre 25 et 35 ans, pas forcément adeptes du sans-gluten, on a aussi pas mal de clients venant des bureaux aux alentours”. Bears and Raccoons peut également compter sur une clientèle fidèle “beaucoup de clients sont devenus des amis”. Je veux bien le croire au vu de l’accueil chaleureux qui m’a été réservé.

Comment expliquer ce soudain engouement pour le sans-gluten?

“La France était très en retard à ce niveau la, avec beaucoup d’a priori négatifs”. Il est vrai que les concepts sans gluten se sont déjà largement démocratisés chez nos voisins européens, notamment en Espagne, en Italie et surtout dans les pays scandinaves. “Les Français ont mis du temps à se rendre compte du réel impact de l’intolérance au gluten”.

Mais attention, n’allez surtout pas dire à Barbara que son établissement est strictement réservé à une clientèle néo-hippie qui ne jure que par le quinoa: “Ici, on propose des produits healthy certes, mais adaptés à tout le monde”.

Pourquoi avoir choisi la caisse enregistreuse Tiller ?

“La caisse ! (sic’). Plus sérieusement, outre la prise en main rapide de l’interface, on a également la chance de pouvoir bénéficier d’un véritable outil d’analyse pour gérer le restaurant. C’est un outil très simple à manipuler qu’il est possible de personnaliser rapidement (comme la carte par exemple). La gestion des avoirs est également prise en compte, chose qu’on ne retrouve pas forcément chez les concurrents”

Un conseil pour les jeunes restaurateurs qui souhaitent se lancer ?

“Ne pas écouter ses proches (sic’)” me répond Gianni du tac o tac. “Il faut avoir confiance en son projet et se lancer. La famille, même si ça ne part pas d’un mauvais sentiment, peut être réticente car la restauration n’offre pas forcément de garanti.

L’aventure de Gianni & Barbara, gérant du Restaurant Bears & Raccoons vous plait ? Consultez notre article sur l’Entrepreneuriat dans la Restauration : « Être restaurateur, c’est être entrepreneur ».

Publié par

Jf Perret

Date

20.05.16

Abonnez-vous à la newsletter