Comment ouvrir un bar : 10 étapes à suivre. - Tiller Blog
Entrepreneuriat

Comment ouvrir un bar : 10 étapes

By novembre 5, 2021 décembre 1st, 2021 No Comments
ouvrir un bar

Ça y est, vous décidez de vous lancer : vous allez ouvrir un bar ! Entre rêve et réalité, il y a de nombreuses étapes à franchir avant de concrétiser un tel projet. Il sera notamment impossible d’ouvrir les portes de votre bar sans avoir suivi certaines formations. 

Quelles sont les formations à effectuer avant d’ouvrir un bar ? Comment établir un business plan ? Combien coûte l’investissement initial pour ouvrir un bar ?

Retrouvez toutes ces réponses dans ce guide en 10 étapes.

1. Créer un business plan

Business Plan

Le business plan de votre bar est la concrétisation par écrit de la stratégie commerciale et financière de votre entreprise.

Il permet de faire le point sur votre projet : votre stratégie et les moyens à votre disposition… Où en êtes-vous ? Qu’avez-vous à votre disposition ? De quoi avez-vous besoin ? Quelles sont les prochaines étapes ?

Grâce à une étude de marché, analysez les prix pratiqués dans votre ville, les fournisseurs dont vous avez besoin, ainsi que les comportements des consommateurs. Retrouvez les résultats d’études pour composer votre étude de marché avec l’INSEE, Xerfi, Eurostats, etc.

Concept

Commencez par définir votre projet, le concept qui vous donne tant envie d’ouvrir un bar. 

Type de bar que vous pouvez ouvrir :

  • Bar à bières/vin/rhum
  • Bar concept (jeux de sociétés)
  • Bar dansant, bar à thèmes
  • Bar à tapas, bar à chicha
  • Inventez votre propre catégorie !

Une fois le concept déterminé, choisissez votre identité visuelle, le nom du bar, et même un logo ! Que ce soit sur internet ou sur place, votre établissement doit sortir du lot et être facilement identifiable. Le concept d’un bar est très important puisqu’en fonction de la musique, l’ambiance globale, vos clients auront envie de rester jusqu’à la fermeture.

ouvrir un bar

2. Trouver le financement

Aujourd’hui, on estime qu’il faut prévoir entre 150 000 et 250 000€ pour financer l’ouverture d’un bar. Difficile de se débrouiller seul pour atteindre ce montant, mais il existe des solutions comme le crowdfunding, l’emprunt bancaire, ou les aides de l’Etat. 

Commencez par définir un budget large (loyer, charges, salaires, équipement, formation, etc), et estimez le temps qu’il vous faudra pour devenir rentable. Vous montrer stratégique avec un chiffre d’affaires prévisionnel pourra rassurer la banque et les convaincre de vous octroyer un prêt.

3. Choisir un statut juridique

Ouvrir un bar nécessite de créer une société. En France, la forme la plus utilisée est la Société à Responsabilité Limitée (SARL). Elle peut compter en 2 et 100 associés, avec une responsabilité différente en fonction de leurs apports. Mais l’EURL et l’entreprise individuelle sont aussi des formes acceptables selon votre situation.

Une fois le statut juridique choisi, vous devrez faire une déclaration auprès de la CCI compétente, l’immatriculer pour récupérer votre k-bis, et déclarer l’ouverture du bar auprès de la mairie.

4. Respecter les réglementations en vigueur

Permis pour la musique

Passer de la musique dans un bar ou restaurant, ce n’est pas gratuit. En fonction du nombre de couverts servis, de votre localisation, et de vos jours d’ouverture, la tarification est amenée à changer. Pour vous aider à y voir plus clair, ce document de la SACEM référence toutes les conditions liées aux droits de diffusion. 

Si vous choisissez d’organiser des karaokés dans votre bar, c’est encore un autre sujet et un autre tarif

Permis d’exploitation

Formation vous permettant d’acquérir les bases des réglementations et de la sécurité à respecter dans un bar en quelques jours (1-3 jours). C’est une étape obligatoire pour ouvrir un bar. Le permis d’exploitation est valable pour 10 ans, après cela, vous aurez besoin de faire une nouvelle formation plus courte.

Licence d’un restaurant et débit de boisson

En fonction de l’alcool que vous servez, vous allez avoir besoin de différentes licences.

  • Licence III : boissons fermentées non distillées (vin, bière, cidre, poiré, hydromel) et vins doux naturels, crème de cassis, jus de fruits ou de légumes comportant jusqu’à 3° d’alcool, vin de liqueurs, apéritif à base de vin, liqueurs de fraises, framboises, cassis ou cerises comprenant moins de 18° d’alcool
  • Licence IV : rhums, tafias, alcools distillés et toutes autres boissons alcooliques (gin, vodka, whisky, etc.)

Pour obtenir une licence, rendez-vous sur Service Public.

Normes d’hygiène et de sécurité

Si vous ouvrez un bar, la formation hygiène alimentaire (HACCP) est obligatoire uniquement si vous vendez des produits transformés (plateau de charcuterie coupé sur place par exemple).

Pour la sécurité, vous devrez mettre en place des alarmes, un plan d’évacuation dans votre bar, afficher obligatoirement une interdiction de fumer à l’intérieur, et rendre le lieu accessible aux personnes à mobilité réduite.

Pour finir, faites attention au niveau de la musique dans votre établissement. Pour ne pas perturber la tranquillité du voisinage et risquer une amende pour tapage nocturne, isolez correctement votre local et baissez la musique après 23h.

5. Trouver le bon local commercial

Le local commercial, c’est le lieu que vous allez louer ou acheter pour en faire votre bar. Vous allez devoir en visiter plusieurs pour tomber sur le bon, et il est donc préférable d’avoir détaillé vos besoins au préalable.

Pour faire votre choix, plusieurs éléments vont entrer en compte :

  • Bon emplacement : zone passante, belle devanture, proche de votre cible..
  • Surface adaptée : Chaque mètre carré supplémentaire a un coût. Selon votre projet, vous n’aurez pas forcément besoin de l’espace le plus grand de votre ville, mais un bon aménagement peut faire la différence et vous permettre d’accueillir suffisamment de public. Pensez également à trouver un local avec terrasse, qui vous permettra d’attirer plus de monde.
  • Accessibilité : transports en commun et places de parking à proximité.
  • L’état actuel du local : est-il neuf ? Faut-il refaire toute la plomberie ? Des travaux d’aménagement et de décoration seront nécessaires pour que le local soit en lien avec l’identité de votre concept, mais anticipez le budget que représenteront des travaux plus conséquents.

6. Équiper ce bar 

Une fois le local commercial trouvé, vient le moment de lui donner vie. Déterminez tous les équipements dont vous avez besoin, du mobilier jusqu’à la décoration.

Matériel pour équiper un bar (liste non exhaustive):

  • Verres 
  • Shaker et autres ustensiles pour cocktails
  • Couverts
  • Comptoir
  • Bar
  • Chaises/tabourets/canapés
  • Réfrigérateur
  • Machine à glaçons
  • Lave verre
  • Hauts-parleurs
  • Et plus !
ouvrir un bar

Vous pouvez demander différents devis pour estimer le coût de votre matériel, la création d’un comptoir sur mesure, etc. Mais il faut le voir comme un investissement, puisqu’en vous équipant d’un matériel durable et indémodable vous pourrez durer dans le temps.

7. Choisir la bonne caisse enregistreuse

La caisse enregistreuse est un élément central de votre bar. Cet outil sera déterminant, surtout pour la qualité, la fluidité de votre service, et l’aisance de vos équipiers. 

Comparez les différentes options sur le marché, en recherchant un logiciel complet et simple à utiliser pour : encaisser, gérer le plan de salle, la comptabilité, la gestion de stock, la fidélisation, la livraison, et plus encore. Le tout sur le même écran.

Très important : assurez-vous que la caisse est certifiée NF525, sans laquelle votre logiciel ne sera pas conforme à la loi.

Autres fonctionnalités à rechercher dans une caisse enregistreuse :

  • Prise de commande par tablette : choisir un logiciel de caisse accessible sur Ipad vous permettra aussi bien de prendre les commandes au comptoir qu’à table.
  • Option Happy Hour : pouvoir adapter les prix sur la caisse selon les horaires promotionnels.
  • Division de la facture en 2 clics.
  • Paiement par QR code pour gagner du temps
  • Mode école pour former les nouveaux (et les extras si vous avez besoin de soutien sur certains évènements)

8. Recruter la bonne équipe

Un des éléments clés qui va faire la force de votre bar, c’est vos équipiers. En fonction de la taille de votre local, vous pourrez déterminer les différents  postes dont vous aurez besoin, sous quel type de contrat les recruter, et plus.

Assurez-vous d’avoir une équipe cohésive, et d’avoir eu le temps de la former et bien l’intégrer avant d’ouvrir vos portes.

Au-delà de LinkedIn, il existe de nombreux sites pour recruter l’équipe de votre bar :

Dessus, vous aurez accès à un “espace établissement” ou “espace recruteur” vous permettant de décrire les postes que vous recherchez.

L’option la plus efficace qu’il vous reste est de poster directement vos offres sur les réseaux sociaux, d’utiliser le bouche à oreille, et de demander à des gérants de bar dans votre communauté.

9. Comprendre la fiscalité d’un bar

A l’ouverture, toutes vos ventes seront soumises à un pourcentage de TVA selon ce qui est consommé et le lieu où il est consommé.

TVA Pratiquée sur
5,5%  Les boissons non alcoolisées conservables et emportées.
10%

Les boissons non alcoolisées (sodas, jus, eaux, cafés..) consommées sur place ou emportées. 

Plats et desserts consommés immédiatement.

20%

Les boissons alcoolisées consommées sur place ou emportées.

Plats et desserts conservables.

Sur votre caisse enregistreuse, ces taxes seront appliquées automatiquement.

10. Annoncer l’ouverture du bar

Maintenant que vous avez suivi toutes les étapes pour ouvrir un bar, vous devriez être prêt. Mais pour une première journée réussie, il faut bien promouvoir votre événement pour attirer un maximum de personnes.

  • Informez votre entourage de cet événement
  • Créez des comptes dédiés à votre bar et communiquez sur votre ouverture
  • Distribuez des flyers dans d’autres bars partenaires pour toucher la bonne cible 
manage cookies