Comment construire son business plan ? – Partie 2
ActualitésBlogConseilsEntrepreneuriat

Comment construire son business plan ? – Partie 2

By septembre 13, 2019 No Comments

Les différentes étapes d’un business plan 

 

comment_construire_un_business_plan_tiller

Retrouvez la première partie de notre dossier spécial pour constituer votre business plan ici

Il est maintenant temps de rentrer dans le vif du sujet ! Asseyez-vous, et prenez des notes ! 

L’Executive Summary

L’Executive Summary est la première étape dans la réalisation de votre business plan. Il s’agit plus simplement du sommaire. Mais pas n’importe quel sommaire ! Celui-ci, va donner un avant-goût à tous lecteurs de ce qui l’attend dans votre business plan et surtout, de votre projet. En gros, un bon Executive Summary donnera envie au lecteur de continuer ou non la lecture. 

Il doit être composé des parties qui composent votre dossier. Dans chacune d’elle, vous devez apporter un très court résumé de ce qui va être abordé. Cependant, c’est la dernière partie que vous allez rédiger, car vous devez reprendre tous les éléments de votre business plan pour pouvoir le constituer. 

Cette partie doit faire 2 pages. N’hésitez à la soigner pour la rendre attractive et dynamique. Plus le rendu de cette partie sera clair et attrayant, plus vos potentiels lecteurs auront envie d’en savoir davantage sur votre projet. 

1ère partie : Le projet 

  • Présentation du projet 

Il s’agira ici de poser par écrit votre idée. C’est le moment d’expliquer les tenants et aboutissants de votre projet de la manière la plus claire et simple possible. N’importe qui doit pouvoir comprendre votre projet à la lecture de cette présentation. 

Qu’est-ce qui vous a amené à avoir cette idée ? Quel besoin avez-vous voulu combler sur le marché que vous souhaitez rejoindre ? Quelle est la valeur ajoutée de votre projet ? 

N’oubliez aucun détail qui peut permettre au lecteur de comprendre ce que vous souhaitez apporter et surtout où vous souhaitez aller sur le marché en question. Exemple, si vous ouvrez un food truck, n’hésitez pas à mentionner ce qui vous a donné envie d’en ouvrir un, quel besoin vous souhaitez combler avec l’ouverture d’un food truck ou encore le type de cuisine que vous souhaitez réaliser par exemple. 

Il s’agit ici aussi de présenter votre offre : quel(s) produit(s) souhaitez-vous vendre ? Quelle est votre cible ? Avez-vous déjà trouvé un emplacement ? Si oui, où est-il, pourquoi avoir choisi cet emplacement ? 

  • Étude de marché

L’étude de marché permet de légitimer la connaissance du marché sur lequel vous souhaitez entrer : taille du marché, profil de votre cible, profil de vos concurrents, etc. 

Votre étude commence par une analyse sectorielle de votre marché. Il s’agit ici d’identifier les tendances de votre marché. Est-ce un marché porteur, en croissance, un marché qui s’affaiblit ? Combien d’entreprises approximativement comporte ce segment ? Vous pouvez vous aider en trouvant toutes ces informations sur le site de l’INSEE par exemple ou bien dans des cabinets spécialisés. À l’issue de cette analyse, vous pourrez déterminer l’attractivité de votre secteur. 

Ensuite, vous aurez besoin de réaliser une étude qualitative de votre marché. De quoi ont besoin les consommateurs ? Cette partie permet de définir le profil type de consommateurs sur le marché en question et surtout les attentes de ces consommateurs. Qu’est-ce qui déclenche l’achat ? Quelles sont leurs attentes en termes de service, de prix ? Quel âge ont-ils ? Où habitent-ils ? Cette étude peut se faire grâce à une enquête de satisfaction par exemple. Vous pouvez utiliser des outils comme Google Forms ou encore TypeForm

Maintenant, il faut identifier vos concurrents. Qui sont-ils ? Que font-ils ? L’analyse concurrentielle permet de vous positionner par rapport à vos concurrents. 

Avant dernière étape de votre étude de marché, l’Unique Selling Proposition (UPS) vous permet de définir votre positionnement commercial. Qu’est-ce que cela veut dire ? Votre positionnement doit être différent de celui de vos concurrents (Unique), correspondre à votre étude qualitative et donc ce qu’attendent vos potentiels consommateurs (Selling) et être attractif (Proposition). 

Pour la dernière étape de votre étude, il s’agit de quantifier l’intérêt de vos potentiels consommateurs pour votre projet. Il faudra donc réaliser une étude quantitative. Tout comme l’étude qualitative, il faudra vous adresser à un panel de consommateurs. Cela peut passer par des enquêtes, du démarchage téléphonique et à l’heure du digital, vous pouvez utiliser les réseaux sociaux et le mailing pour quantifier l’intérêt qu’ont ces consommateurs pour votre offre. 

À cette étude, peut s’ajouter le PESTEL et le SWOT qui vont permettre d’aller en profondeur sur les opportunités qui s’offrent à vous sur votre marché.

Le PESTEL permettra d’apporter une vision macro-économique par rapport à votre offre. Ce PESTEL se compose d’une analyse politique, économique, sociale, technologique, écologique et légale du marché. Le SWOT quant à lui, offre une vision micro-économique. Il vous permet de dégager les forces, faiblesses, opportunités et menaces qui se tiennent face à votre projet.

  • Stratégie 

L’étude de marché faite, vous pouvez maintenant en dégager une analyse qui pourra vous permettre d’apporter votre vision du marché. Cette analyse sera le point de départ qui définira votre stratégie :  

    • L’avantage concurrentielle : finalement qu’est-ce qui vous différencie vos concurrents ? Ici, vous devez simplement remettre en avant les éléments qui définissent votre positionnement et qui vous distinguent de vos concurrents. 
    • Le prix : quel est votre positionnement en termes de prix ? Pourquoi ? Savez-vous comment définir vos prix sur votre marché ? 
    • Plan commercial : il va s’agir d’exposer votre stratégie commerciale afin de démontrer la faisabilité de votre projet. Comment allez-vous vendre votre produit ? Et comment comptez-vous le promouvoir ? 
    • Les étapes de développement : comme son nom l’indique, cette partie consiste à présenter vos objectifs sur les prochains mois. 

2e partie : Votre entreprise 

comment_construire_un_business_plan_tiller

  • Structure de votre entreprise

Une fois la partie purement projet et produit passée, il faut maintenant parler de votre entreprise en tant qu’entité juridique, fiscale et sociale. 

Concernant le choix de votre statut juridique, ce ne sont pas les possibilités qui manquent ! Cela dépendra du nombre de fondateurs qui constituent le corps directionnel. Si vous êtes seul aux commandes de votre affaire, l’option d’une entreprise individuelle devient évidente ; tandis que si vous êtes plusieurs, différents choix s’offrent à vous (SARL, EIRL, etc.). Pour cette dernière option, cela dépendra de la façon dont vous souhaitez partager vos responsabilités. 

  • Présentation de l’équipe

Qui sont les membres qui constituent l’équipe au moment de la création de votre entreprise ? 

Dans cette partie, vous pouvez vous présenter ainsi que vos associés et autres membres que vous avez déjà réussis à rassembler pour constituer votre entreprise. Vous pouvez axer la présentation de l’équipe sur différents points : carrière, rôle au sein de l’entreprise, ce qu’ils apportent à votre projet… 

Ce plan personnel, vous permet aussi de présenter vos prévisions en terme d’équipe sur le long terme. Quelles sont vos attentes en termes de recrutement ? Quels seront les coûts alloués à chaque recrutement ? 

3e partie : Prévisions financières ou plan financier

comment_construire_un_business_plan_tiller

C’est peut-être la partie la plus importante de votre business plan ! C’est aussi une partie qui peut représenter un sacré casse-tête lorsqu’on n’est pas familier avec les chiffres. N’hésitez pas à vous entourer d’un comptable ou en tout cas, quelqu’un qui pourrait vous aider afin de ne manquer aucun point. 

Le plan financier permet de prouver la rentabilité et surtout déterminer la viabilité de votre projet. Il se compose de : 

Le plan financier se compose 6 parties : 

    • Le plan de financement initial > il vous permet de définir les capitaux nécessaires au lancement de votre projet. Il va mettre en avant vos besoins d’investissement et ressources de financement.
    • Le compte de résultat prévisionnel > il vous permet de définir le montant de recettes nécessaire à couvrir les charges entraînées par les charges humaines, matériels et financières. 
    • Le plan de trésorerie > cette partie consiste à savoir si les recettes touchées sur votre première année pourront faire face en permanence aux dépenses faites sur cette même période. Il mettra en avant l’équilibre et déséquilibre entre vos encaissements et décaissements.
    • Le plan de financement à 3 ans > ce plan vous permet d’anticiper vos besoins en financement, possibles en fonction d’hypothèses de croissance qui doivent être réalistes. 
    • Le besoin en fond de roulement > ou BFR représente le montant que vous devez financer pour couvrir le besoin résultant du décalage de votre flux de trésorerie (dépenses/recettes). 
    • Le seuil de rentabilité et le point mort > le seuil de rentabilité détermine le chiffre d’affaires optimal à réaliser sur votre première année pour atteindre votre point d’équilibre, le point mort (total des charges = total des produits). 

Vous pouvez retrouver un exemple de plan financier simplifié pour vous aider par ici.

Vous êtes sûrement en train de vous dire : “Ah, c’est enfin fini ! C’est long finalement un business plan !”. Oui effectivement, le business plan demande un travail de longue haleine assez intense. Dans la prochaine et dernière partie de notre dossier “Comment construire son business plan ?”, nous aborderons l’aspect esthétique du business plan ainsi que le pitch de présentation ! Nous savons que vous avez hâte de savoir la suite !